Commandez nos vins issus de 80 hectares de vignes.

Du vin et des mots

Rédigé le 28/07/2020

Le vin a son langage, son parler. Il se discute autant qu’il se déguste. De l’érotisme au scientifique, le lexique vinicole est vaste et parfois mystérieux. On a entendu mille fois les termes sans jamais avouer ne pas les comprendre. Voici une sélection de mots à connaitre et maitriser pour parler « vin » sans se prendre les pieds dans la vigne…

Le vin a son langage, son parler. Il se discute autant qu’il se déguste. De l’érotisme au scientifique, le lexique vinicole est vaste et parfois mystérieux. On a entendu mille fois les termes sans jamais avouer ne pas les comprendre. Voici une sélection de mots à connaitre et maitriser pour parler « vin » sans se prendre les pieds dans la vigne…

 

CÉPAGE 

C’est simple : c’est un type de plant de vigne ! C’est une variété de raisin qui a une identité propre et qui peut être associée à d’autres variétés pour donner au verre que vous buvez ce goût particulier. Bien sûr, ce cépage peut être le seul composant d’un vin (cela arrive souvent au Chardonnay, au Syrah, au Sauvignons ou à d’autres…). Boire ces vins vous indiquera plus facilement un cépage qui vous sied le mieux. Mais ne négligez pas les alliances qui relèvent du savoir-faire du vigneron et vous ouvrira les portes de nectars hors du commun !  

 

ROBE 

C’est simple : c’est la couleur ! Pour singer les spécialistes, vous porterez le verre à la lumière et flatterez sa robe. C’est de bonne guerre : le vin comme la couleur sont affaire goût ! À force (ou après un stage d’oenologie bienvenu), vous saurez cependant comprendre que la couleur d’un vin informe sur son vieillissement, sa fabrication… 

 

NEZ 

C’est simple : c’est l’odeur du vin ! Ses arômes, sa particularité… Sentir un vin se fait généralement en deux étapes. 

Le premier nez identifie le caractère général du cru en question. Ne pas hésiter à l’humer puissamment (sans renifle, merci pour les autres). Vous saurez vite si, à priori, vous allez aimer ça… 

Ensuite le second nez. Avant d’imposer vos narines au bord du verre, faites faire deux ou trois tours de manège à ce petit chablis qui ne vous a rien fait. Stoppez votre geste d’un coup. Quelques renifles vous offrirons alors toutes les infos qu’ils vous manquait jusqu’à présent. Les nez expérimentés pourrons deviner le cépage, la région d’origine. Soyez modestes et sensibles, qu’est-ce qu’il vous inspire ? Du fruité ? Abricot, groseille, coing ? Ou du floral, un peu de rose, de la violette dans le fond ? Cherchez plus loin… De l’animal peut être… un fond musqué, comme un souvenir de truffe ? Mille options, mille nés, une infinité de possibilité. Ne parle bien de vin qu’une personne de votre goût. 

Voici quelques pages cornées au dictionnaire sans fin du vin. Nous aurions encore pu parler du vin sec, rond, vert, avec ou sans sulfite… ce n’est que partie remise ! 

 

Ca va vous intéresser

Nos meilleures ventes