Livraison à domicile offerte dès € d'achat ou bouteilles.

Le goût retrouvé

Rédigé le 30/09/2020

Chronique post-virus

Depuis quelques mois, ce mode de vie français que l’on croyait acquis est mis à rude épreuve. Les déplacements ont été limités, les petits commerces fermés, les embrassades bannies. Aujourd’hui on regarde d’un oeil méfiant les soirées entre amis, les fêtes familiales et les gestes tendres. Une maladie dont on ne cerne pas encore les contours nuit gravement à nos plaisirs, à nos libertés. On sauve quelques manches de vestes qui ne se mouillent plus sur les comptoirs, on laisse dormir nos meilleures bouteilles destinées à des moments de partage sans crainte… 

Et encore, ça, c’est pour les plus chanceux. Les plus malheureux auront, malgré toutes les précautions du monde, attrapé le foutu virus et ont connu l’agueusie et l’anosmie. Des mots aussi désagréable en bouche que ce qu’ils définissent réellement : la perte du goût et de l’odorat. Amputés de deux sens sur cinq, ça ne se passe pas comme dans les films : les trois autres ne se développent pas ! Nous voici dans un monde sans saveurs. Certains, comme moi, auront constaté cette perte de goût à une table étoilée. Ne riez pas, je vous en prie…

 

On mange et on boit simplement pour survivre. Plus aucun plaisir en bouche, plus aucun parfum de plat en sauce qui cuit à feu doux… Pour les amateurs de gastronomie et de grands crus, quel ennui ! Alors on se résigne, on mange des pâtes aux pâtes, parce que… à quoi bon ?! Des légumes et des fruits sans sel ni sucre, les verres remplis d’un liquide plat et incolore : l’eau ! Les soirs où le chagrin est trop grand, on pose une bouteille de vin sur la table, mais juste pour la déco… En souvenir du temps béni où notre palais reconnaissait le Romanée-Conti

Et puis, comme toute chose, bonne ou mauvaise, ça finit par passer. On se surprend à reconnaître le concombre au milieu d’une salade pleine de rien. Un radis nous émoustille… On ouvre la bouteille de whisky posée sur l’étagère on la sent, et… miracle ! Ça revient ! On relance l’agenda, on invite un ami, on le supplie de ne pas venir les mains vides. Abreuvez-moi de vins nouveaux, mes papilles font leur come back ! 

On commande une caisse de vin, on savoure ces sensations qui nous sont rendues aussi inexplicablement qu’elles nous avaient été enlevées ! On prend des résolutions : plus de piquette, plus de mauvais cocktail, seulement du bon ! La leçon est implacable : le goût est un sens trop précieux pour ne pas le chérir, le gâter ! 

Ca va vous intéresser

Nos meilleures ventes